Système immunitaire

Le microbiote intestinal

Notre système digestif est rempli de bactéries. Les chercheurs en dénombrent au moins 10 000 souches à l’heure actuelle, c’est-à-dire près de 1015 bactéries (dont plus de la moitié est évacuée dans nos excréments, avant de proliférer à nouveau)5, et l’ensemble d’entre elles peut atteindre un poids de près de 2 kilogrammes. On pourrait presque dire que nous sommes les humains de nos bactéries!

L’ensemble des bactéries présentes dans notre intestin est désigné sous le terme « microbiote », et il s’agit d’un élément capital de la composition et du fonctionnement de notre organisme. Le microbiote agit dans: 

- la digestion et l’absorption des nutriments;

- le métabolisme énergétique, la satiété et la régulation du poids;

- le système immunitaire et le contrôle de la réponse inflammatoire;

- la gestion du stress et la qualité du sommeil;

- la production de neurotransmetteurs pour le cerveau;

- la protection contre certains types de cancer;

- la détoxication du corps contre les substances toxiques ingérées accidentellement.

Les bactéries ont tellement de fonctions dans notre tube digestif, qui ont un impact sur les autres organes de notre corps, qu’elles peuvent être considérées comme un organe à part entière. Il va sans dire que la disparition de ces bactéries rendrait notre corps bien malade.

Le problème est que ces précieuses bactéries sont très sensibles à notre mode de vie. Notre stress, la durée et la qualité de notre sommeil, notre alimentation, notre exposition à des « toxines » environnementales et notre état de santé influencent largement le type de bactéries présentes dans nos intestins, leur niveau de survie, ainsi que leur efficacité à assumer leurs responsabilités dans notre corps.

Voir "Un microbiote fort = Un système immunitaire fort

 

Référence :

5. Perlmutter D. L’intestin au secours du cerveau. Marabout, 400 p.

15. Acabchuk R. L., Kamath J., Salamone J.D., Johnson B. T. «Stress and chronic illness: The inflammatory pathwat», Social Science & Medicine, 2017; 185:166-70.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés